Mellac est une commune du sud-est du Finistère. Elle est délimitée au nord et à l'est par le cours d'eau de l'Isole. La rivière s'écoule dans une vallée encaissée et boisée. Le bourg de Mellac occupe une position centrale et n'est distant que d'environ 5 km du centre ville de Quimperlé. Les lieux-dits de Stang Veil et de Roz Glaz et la cité de Ty Lann situés au sud-est appartiennent aux faubourgs de la ville de Quimperlé. La commune est traversée à son extrémité sud par la voie express RN165. Une zone d'activité, la Z.A de Kervidanou, a vu le jour dans les années 80 à proximité de la voie rapide sur un territoire situé à la frontière des communes de Mellac et Quimperlé. http://www.mellac.com/ Le Trévoux (An Treoù-Kerne en breton) est une commune du département du Finistère. Ses habitants se nomment les « Trévousiens » et les « Trévousiennes ». Le nom de la commune vient du pluriel du mot breton "treb", qui signifie  "hameau". Riec-sur-Belon est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France. Riec devient Riec sur Belon en 1898. Son nom vient de « Riok », un saint breton du VIe siècle, et de Bélon, la rivière bordant la commune. Riec-sur-Belon dépendait autrefois de l'évêché de Cornouaille. http://www.riecsurbelon.fr/ Clohars-Carnoët est une commune du littoral Atlantique située à l'extrémité sud-est du département du Finistère. Elle est bordée à l'est par la Laïta, aber qui la sépare du Morbihan. Elle est reliée au département voisin du Morbihan par le pont Saint-Maurice qui enjambe la Laïta.La commune possède deux petits ports, Le Pouldu, à l'embouchure de la Laïta, et Doëlan, niché au fond d'une anse, non loin de la frontière avec Moëlan-sur-Mer ainsi qu'une station balnéairetrès fréquentée en période estivale, Le Pouldu, avec ses plages de sable fin des Grands Sables, de Bellangenet et du Kérou. Quant au bourg, qui tient lieu de chef-lieu de la commune, il se situe un peu en retrait à l'intérieur des terres.Le littoral, si l'on excepte les plages du Pouldu et la petite crique de Porsac'h, se compose uniquement de falaises rocheuses. Le sentier des douaniers longe la cote dans sa totalité. Un champ de dunes occupait autrefois l'emplacement de la station balnéaire du Pouldu mais il a été en grande partie rasé .La forêt domaniale de Carnoët (ou de Toulfoen), futaie de hêtres et de chênes d'une superficie de 750 ha, s'étend partiellement au nord de la commune.La présence de vergers de pommiers est à l'origine de la production locale de cidre. http://www.cloharscarnoet.com/ La Bretagne est considérée comme l'un des six pays celtiques, au regard de la linguistique, de l'ethnologie et de l'histoire. Ses habitants sont les Bretons, que l'on parle de la région historique ou de la région administrative actuelle. Son nom breton, Breizh, est orthographié avec un « ZH » pour rassembler l'ancienne écriture existant pour le nord et l'ouest (Breiz) avec celle du sud (Breih). « Breizh » est couramment abrégé en BZH. En gallo, l'autre langue traditionnelle de Bretagne, son nom est Bertaèyn.L'appellation Bretagne désigne également une région française, composée de quatre départements. Le département de la Loire-Atlantique, historiquement breton, est aujourd'hui rattaché à la région Pays de la Loire et la question de sa réunification à la Région Bretagne fait l'objet de débats. http://www.bretagne.com/ http://www.geobreizh.com/ Quimperlé vient de kemper, « confluent » en breton, et de Ellé une des rivières qui traversent la ville. La ville se situe en effet au point de confluence de l'Ellé et de l'Isole. Celles-ci se rejoignent pour donner naissance à la Laïta, un estuaire long d'une quinzaine de km soumis à la marée. Un autre cours d'eau de moindre importance traverse la cité, leDourdu, qui se jette directement dans la Laïta en aval des deux autres.On distingue traditionnellement une ville haute et une ville basse. La ville basse s'est développée autour de l'église Saint Colomban dont il ne subsiste plus qu'une façade et de l'abbaye bénédictine Sainte Croix de Quimperlé tandis que la ville haute s'est développée autour de l'église Saint Michel et de sa place.La ville basse occupe les parties basses. Il s'agit de la zone enserrée entre les cours de l'Ellé et de l'Isole ainsi que les rives de la Laïta. Cette zone est facilement inondable. D'ailleurs le quai Brizeux est régulièrement noyé sous les eaux de la Laïta. L'hôtel Brizeux est un indicateur visuel très pratique pour mesurer la hauteur d'eau lors d'une crue.La ville haute occupe au contraire les parties hautes avec la montagne Saint Michel. http://www.quimperle.com/ La Communauté de communes du Pays de Quimperlé, Cocopaq, regroupe 16 communes : Arzano, Bannalec, Baye,Clohars-Carnoët, Guilligomarc'h, Mellac, Moëlan-sur-Mer, Le Trévoux, Locunolé, Querrien, Quimperlé, Rédéné, Riec-sur-Belon, Saint-Thurien, Scaër, et Tréméven. Elle couvre un territoire de 600 km2 environ et compte près de 51.000 habitants. La communauté de communes a pour objet de créer un espace de solidarité, de développement et d'aménagement. La cocopaq : 02 98 35 09 40 http://www.moelan-sur-mer.fr http://www.le-trevoux.com http://www.la-cocopaq.com Contact : guydney@gmail.com copyright 2010